Les 6 problèmes de la preuve scientifique
preuve

Les 6 problèmes de la preuve scientifique

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans cet article, je voudrais aborder un sujet important, à savoir, «qu'est-ce que la preuve scientifique». De nos jours, vous (heureusement) voyez de moins en moins de bro-science et les gens utilisent la recherche pour renforcer leurs arguments et leurs points. Il s'agit d'un très bon développement. Cependant, cela vient avec ses propres problèmes. Parce que pouvez-vous aborder toutes les discussions et tous les arguments de cette manière? Et est-ce vraiment le «Saint Graal» quand il s'agit de justifier votre vision?

Cet article est particulièrement intéressant pour les personnes qui prennent très au sérieux leurs performances et leurs résultats et qui vont au-delà de l'approche habituelle. En outre, également pour les entraîneurs ou les personnes qui ont un entraîneur. J'espère que vous en tirez quelque chose!

Avant d'aller plus loin, je suis absolument favorable à l'acquisition de connaissances grâce aux études et à la recherche; peu importe la gravité de certaines études, cela reste meilleur que l'argument «c'est comme ça que ça marche pour moi, c'est comme ça que ça marche» ou «tout le monde est différent». Oui, tout le monde est différent, mais Pietje n'est pas une brique et Henk n'est pas un monstre spaghetti volant; nous sommes tous humains et même s'il peut y avoir une certaine variation dans la façon dont le corps réagit à certains stimuli, régimes ou suppléments, personne n'arrive dans un déficit calorique, personne n'a un rendement plus élevé en graisses qu'en glucides, personne n'est allergique aux glucides , etc.

Différents types de preuves

Avant de continuer, il est bon de faire une distinction entre les données probantes et les recherches.

Il existe différents types de «preuves» pour proposer une opinion ou un argument, chacun ayant ses propres caractéristiques.

Preuve anecdotique

Au sommet, nous avons des preuves anecdotiques. C'est le moins concret de toutes les formes de preuves ici, mais en même temps peut-être le plus important de ce triangle. La preuve anecdotique vient de la curiosité; les personnes qui expérimentent et rapportent leurs résultats. La pièce que je viens de citer "c'est ce qui fonctionne pour moi" tombe en dessous. Lorsque nous recueillons beaucoup de ce genre de preuves anecdotiques auprès de nombreuses personnes différentes, cela peut nous conduire vers quelque chose d'intéressant peut-être; parce qu'il ne s'agit pas d'une véritable recherche et que les personnes curieuses peuvent fournir cette forme de «preuve», c'est le genre de preuve dans laquelle la plupart des découvertes sont faites. Beaucoup seront absurdes, mais si beaucoup de gens arrivent à la même conclusion, un tel sujet pourrait être intéressant pour de plus amples recherches. Sans preuves anecdotiques, il n'y aurait pas de sujets pour une enquête plus approfondie.

De plus, il y a le dicton bien connu `` le succès laisse des indices ''

Preuve logique

Le prochain dont nous discutons est la preuve logique. C'est la «preuve» que nous pouvons faire nous-mêmes, basée sur nos connaissances. Être capable de tirer des conclusions avec une pensée logique. Si vous savez que vous en avez 2 et que vous en obtenez 2, vous pouvez affirmer que vous en aurez 4. Cette forme de preuve est donc basée sur des examens qui ont déjà été effectués, des expériences qui ont été faites, etc.

preuve

Preuve empirique

La prochaine étape est la preuve empirique, ou en d'autres termes, nous avons des données d'observation réelles issues d'études. Il existe de nombreuses façons différentes de rechercher ou d'obtenir des données en dehors du laboratoire. Les enquêtes sont très bonnes pour tirer des conclusions ou des découvertes, lorsqu'elles sont bien organisées. Cependant, l'une des caractéristiques d'une bonne recherche est que le groupe de recherche est suffisamment grand, mais en même temps, le problème est que les petites différences entre les sujets testés sont filtrées, ce qui peut avoir de l'importance.

Des preuves empiriques plus nombreuses et de meilleure qualité sont à la base de preuves logiques nouvelles et meilleures, car vous disposez de plus de données à partir desquelles vous pouvez présenter des arguments. De plus, des preuves empiriques plus nombreuses et de meilleure qualité fourniront également de nouvelles preuves anecdotiques, car nous sommes orientés davantage dans la bonne direction et sommes mieux en mesure de poser et d'examiner les bonnes questions.

Le problème des preuves empiriques est qu'il est parfois extrêmement difficile d'enquêter correctement sur certains sujets, en particulier lorsque des enquêtes doivent être effectuées sur des personnes. Comme nous ai déjà mentionné sont toujours là confondeurs; des questions qui influencent un résultat, sans que les chercheurs ne se rendent compte que ces choses sont présentes. Beaucoup de ces confondeurs pourrait être supprimée en réglementant les conditions de l'étude aussi strictement que possible, mais cela n'est pas possible dans les études sur l'homme; de manière optimale, vous enfermeriez les groupes de recherche, en gardant la lumière, le son, la nutrition, le stress, etc. aussi uniformément que possible entre les différents groupes de recherche et en ne laissant que 1 ou quelques facteurs différer. Cependant, cela ne sera jamais approuvé par les comités d'éthique, et en outre, il y a très peu de chances que les gens s'inscrivent à ce type d'étude.

Soyez objectif

La réflexion fondée sur des preuves exige que vous preniez en compte toutes les preuves et que vous n'ayez aucune préférence ni aucun préjugé contre certaines parties du tableau complet. Un adepte du régime carnaval ne sera probablement pas complètement ouvert à la preuve que les plantes sont nécessaires et saines. Un végétalien enquêtera pour me dire que la viande n'est pas nocive ou peut même avoir des avantages avec un œil incliné. Un bon chercheur (sous cette rubrique, je voudrais nommer tous ceux qui sont occupés à optimiser les résultats de la recherche) essaie de s'assurer qu'il a le moins de préjugés possible et que toutes les recherches et les preuves pèsent également dans sa vision.

Comme vous le savez, une recherche peut contredire l'autre et peu de choses sont écrites dans la pierre ou applicables sans aucune exception. C'est la difficulté d'être un bon chercheur ou d'être un bon coach; nous ne pouvons pas attendre que la recherche ait donné la réponse définitive, car cela peut parfois prendre des années ou des décennies; attendre et rester immobile tout ce temps n'est pas une option. Vous devrez collecter toutes les données ensemble et baser au mieux votre approche ou votre vision sur votre propre perspicacité. Soyez créatif et innovant.

Pour résumer

Le retentissement de cette histoire jusqu'à présent est que les preuves ne doivent pas se limiter aux recherches. Encore une fois, cela ne signifie pas que les études ne valent rien ni ne sont importantes. La recherche (preuves empiriques) est peut-être la preuve la plus importante que nous puissions fournir, mais elle ne devrait pas s'arrêter là. Interprétez les preuves empiriques et continuez à partir de là!

Difficultés à se fier uniquement à la recherche

Comme je l'ai décrit ci-dessus, il y a un certain nombre de problèmes avec toutes vos conclusions basées sur la recherche, sans avoir à penser logiquement ou à essayer d'interpréter les données. Je veux passer ces problèmes avec vous ici.

# 1 Regardez en arrière

Lorsque vous basez toutes vos approches et décisions sur la recherche, la seule chose que vous pouvez faire est de regarder en arrière. Vous ne pouvez baser vos choix que sur des études déjà réalisées. Cela va entraver l'innovation. De cette façon, vous ne serez jamais en mesure de vous démarquer de la concurrence et de ne jamais faire mieux que la moyenne, car vous basez votre approche uniquement sur ce que quelqu'un d'autre a déjà pensé et recherché.

# 2 Il limite les progrès

Une bonne recherche se limite toujours aux preuves anecdotiques et logiques qui existent; ces 2 formes de preuves font appel à la créativité des gens; il arrivera souvent que l'on pense à la mauvaise direction, mais à partir de ces 2 formes de preuves émergent des hypothèses qui peuvent être testées par la recherche. Si personne ne remet en cause l'enquête en cours et que tout le monde considère l'enquête en cours comme une vérité absolue, nous sommes coincés. Si tout le monde décidait de n'utiliser que des approches éprouvées par la recherche, dans quelques années, nous ne serions rien ou presque plus en termes de connaissances que nous ne le sommes actuellement, car rien de nouveau n'est à l'essai.

preuve

# 3 Besoin d'un financement limité

La recherche scientifique est extrêmement lente; les enquêtes doivent être bien organisées, financées, approuvées par les comités, etc.

S'il s'agissait de notre seule forme de charge de la preuve, le développement serait extrêmement lent. De plus, les universités ont très peu envie financière de mener des recherches dans le domaine de la condition physique et de la nutrition, certainement lorsqu'il s'agit d'optimiser les résultats. Après tout, il n'y a pas de milliards d'entreprises qui souhaitent investir des centaines de millions, comme c'est le cas avec l'industrie pharmaceutique.

# 4 La créativité est limitée

De nos jours, beaucoup de gens se préoccupent davantage du tort des autres, au lieu d'aller plus loin ou d'aller plus loin dans le domaine du travail. Dans les forums et également dans le domaine du coaching, vous voyez que de nombreuses personnes qui essaient quelque chose de nouveau sont complètement brûlées si ces `` nouvelles '' ne correspondent pas à ce que les preuves actuelles disent. En conséquence, de moins en moins de personnes osent sortir le cou à la recherche de l'inconnu, car les chances de perdre leur visage sont très élevées. Cependant, comme nous l'avons déjà vu, cela peut entraîner la fixation complète de notre champ.

Cependant, cela ne signifie pas que nous devons jeter tout ce que nous savons à partir de concepts éprouvés par-dessus bord; les preuves actuelles, à la fois empiriques et logiques, devraient être à la base de nouvelles preuves anecdotiques et de curiosité.

# 5 La recherche n'est pas toujours pertinente à 100%

Comme mentionné précédemment, une bonne recherche est extrêmement encadrée, car elle garantit que les résultats de la recherche disent et signifient réellement quelque chose, avec le moins de chance possible que le hasard en soit la cause. Cependant, c'est aussi un problème; les nouvelles recherches explorent donc toujours un tout petit morceau de l'inconnu. De plus, la physiologie est extrêmement complexe et il y a toujours confondeurs comme discuté précédemment; aucune correction ne peut être apportée à tous ces éléments confondeurs au cours d'une enquête, ce qui signifie que les circonstances dans lesquelles un client vous trouve / peuvent être différentes de celles où les sujets du test se sont trouvés. La même approche n'a certainement pas toujours le même résultat. Peut-être que les sujets testés dormaient plus ou avaient moins de stress. Peut-être qu'ils avaient plus d'années d'expérience en entraînement, ou que certaines blessures ne l'étaient pas ..

# 6 Regardez le contexte

Beaucoup de gens (s'ils utilisent déjà la littérature pour renforcer leurs arguments) ne lisent que le résumé d'une étude et en tirent toutes leurs conclusions. Ce qui lui manque, c'est que les résultats de l'étude doivent toujours être mis en contexte et les résultats s'appliquent rarement, voire jamais, par définition à tout le monde, en toutes circonstances. Une étude qui dit qu'un squat est un meilleur exercice pour les fesses qu'une hanche est de peu de valeur si vous n'avez pas la moindre idée de la longueur des cuisses et du bas des jambes des sujets, par exemple. Quelqu'un avec de longues cuisses accroupira beaucoup plus la dominance de la hanche et montrera donc plus d'activité des fesses que quelqu'un avec des cuisses courtes.

Les articles sont régulièrement extraits complètement de leur contexte et, en outre, dans les médias populaires, souvent une seule phrase est copiée; cela se traduit par des tasses étranges telles que «des douches froides pour plus de graisse brune» ou «manger du chocolat chaque jour vous fait tomber». Les deux en-têtes sont dans le journal depuis un an. Les deux sont complètement tirés du contexte.

Sinon, alors quoi?

Encore une fois, ce n'est absolument pas un argument contre l'utilisation de la littérature comme base de votre façon de penser ou d'approche. Cependant, c'est là que cela devrait commencer. Utilisez ces données et ces recherches pour poursuivre le raisonnement logique et essayer les choses. Il y a plus de progrès en dehors du laboratoire que dans le laboratoire; les études peuvent confirmer des soupçons, mais trouveront rarement des choses complètement nouvelles. La plupart des approches de travail ont été découvertes par des personnes qui osent essayer par elles-mêmes ou des coachs qui essaient de nouvelles approches avec leurs clients sur la base d'une pensée logique.

Lisez autant que vous le pouvez et voulez, mais essayez de nouvelles choses basées sur un raisonnement logique. Osez être le premier dans quelque chose!

Peut-être de bons conseils pour tout dans la vie, même en dehors des sports et de la nutrition ...

Ce blog est écrit par

Jan Willem van der Klis

"Mon objectif est d'obtenir et de diffuser les meilleures connaissances possibles pour optimiser la formation et la nutrition"

Aussi intéressant!

Vous atteignez des objectifs ensemble!

Inscrivez-vous et soyez le premier à recevoir de nouvelles promotions et des informations sur les nouveaux produits!